Dans ce message un aperçu de l'évolution des motos de petite cylindrée, des années 50 et 60, face à l'apparition dans l'immédiate après guerre, d'un nouveau type de machine: les 50cc.

Pour commencer un rapide regard sur les petites cylindrées d'avant-guerre, les 50cc n'existant pas, ce sont les 100cc en France comme en Allemagne qui représentaient le premier échelon, après la bicyclette,  de la gamme des véhicules motorisés. Un rôle que les 50cc allaient bientôt reprendre à leurs comptes.

Dans la législation française d'époque la catégorie "vélomoteur" était une catégorie de moto "sans permis", la cylindrée maximum de ces vélomoteurs était de 100cc. Il semble qu'en Allemagne, bien que le permis de conduire soit nécessaire, les besoins étaient similaires car la physionomie des motos 100cc allemandes de l'avant guerre, et de l'immédiate après guerre, était identique à celle des 100cc françaises.

...........

Les évolutions en France

(Explication sans prétention pour nos nombreux lecteurs étrangers)

En France, pendant l'occupation allemande, l'administration Pétain modifia en 1943 la réglementation des vélomoteurs "sans permis", la cylindrée maximum passant de 100cc à 125cc. Cette modification provoqua le formidable essor de l'industrie motocycliste française des années 50.Quelques années plus tard, en 1958, l'obligation d'un permis pour les vélomoteurs stoppa brutalement toutes les ventes des 125cc françaises....

L'énorme production française de 125cc des années 50 ( environ 250.000 motos et scooters 125cc pour l'année 1954) tomba à 0 aux débuts des années 60, en 1973 le passage de 16 à 18 ans du permis "grosse cylindrée" redynamisa le marché des 125cc qui bénéficia de la clientèle des 16 à 18 ans, ainsi à partir de 1974 les ventes des 125cc furent 3 fois supérieures à celles des motos de plus de 125cc. 

Mais on ne refait pas l'histoire, avec un espace de 15 ans entre ces deux événements l'indusrie française du 125cc n'a pu survivre sans clients....

.

Cette publicité Peugeot de 1946 nous montre bien le passage de la cylindrée des vélomoteurs de 100cc à 125cc 

DocuPeugeot1946

Ce document provient du très riche site de Francis

http://francisb44.free.fr/Historique.html

A la reprise des affaires en 1946, Peugeot a encore en stocks des pièces pour ses vélomoteurs 100cc d'avant-guerre et le P54 est chargé d'épuiser ces stocks, en même temps le P55 "125cc" inaugure la nouvelle loi pour quelques anciens francs de plus (50.000aFF pour le 100cc et 60.000aFF pour le 125cc).

Après 1948 ou 49 Peugeot ne produit plus le P54 de 100cc. Mais surprise, quelques années plus tard: de 1955 à 1957, une série de 100cc figure sur les tarifs de Peugeot (voir le tarif 1955 sur site de Francis), ce sont les "98" des machines très bon marché à base d'un 100cc "licence Villiers", 2 vitesses à main. Je ne sais pas à quoi elles ressemblaient, il n'y a sûrement pas eu beaucoup de ventes, la mécanique était la même que la Terrot MTV (photo plus bas).

Les dernières 125 et 175 Peugeot de la lignée des modèles P54, P55 puis P57 étaient encore en vente fin 1960 début 1961, en 125cc avec la S57C à  1.550 NFF et en 175cc avec la 176 AD à 1.650 NFF.

Peugeot_58_60

.....

Un politique différente chez le concurrent Terrot, on redémarre les affaires avec un "presque"ancien modèle la M347 de 1947, un modèle 100cc dérivé du modèle "M" de 1936.

M347_terrot_47

Terrot va prolonger pendant 10 ans la production, en très faible quantité, de ses vélomoteurs 100cc 2 temps. Ci dessous le dernier modèle en 100cc la MTV de 56/57 (moteur licence Villiers, 2 vitesses à mains):

MTV_terrot_57

Ceci en parallèle avec une multitude de modèles 125cc 4 temps, qui, eux, eurent un énorme succès, la première de cette série c'est en 1948, la 125 ETP/ETPC.

ETP_C_terrot_125_48

Et la dernière 125cc Terrot fabriqué jusqu'en 1962 ou 63, une 125 sportive la Tenor.

ETenor_terrot_125__61

L'avantage de la cylindrée 125cc, c'est qu'elle donna l'opportunité à tous les fabricants français de produire en parallèle de chaque vélomoteur de 125cc des motos de 175cc très bon marché, par simple augmentation de l'alésage, +10mm dans le cas de Terrot. 

Pour retrouver les très nombreux modèles de Terrot, cliquez sur ce lien:

http://www.terrot.org/index.htm

........

En France il y avait aussi aux côtés des grands (Motobécane, Peugeot, Terrot, Monet Goyon,...) une multitude de petits fabricants régionnaux

Avec des fabrications très diverses, voici par exemple Favor de Clermont Ferrand

Pub1951

Les modèles 1951 de Favor donne un aperçu du choix que des dizaines de firmes proposaient dans toute la France, ici  sont réunis les 3 "catégories" administratives de motocycles français.

En cyclomoteur: deux motorisations avec le "Poulain"et le "Cucciolo".

En vélomoteur: le Sachs 100cc.

En moto: le Sachs 150cc.

........

Après la ruine du marché causée par l'obligation d'un permis 125cc, le marché français des 125cc était d'environ 150.000 machines neuves par an dans la période 1950/1956, il chuta très rapidement  à partir de 1957 pour atteindre 3 à 4.000 machines en 1961. Les chaînes de fabrication des 125cc françaises s'arrêtèrent, pour Peugeot ce fut en 1960/61 , et pour Motobécane et Terrot en 1962/63

Signalons que  l'usine Terrot fut repris par Peugeot en 1959, et que fin 1962 les dernières 125 et 175 Terrot, étaient au catalogue "Peugeot" pour être commercialisées dans les agences Peugeot. De la même façon les 50cc Peugeot furent marqués "Terrot" pendant quelques temps pour les agences Terrot.

En octobre 1962 lors de la présentation de la gamme Peugeot "1963" il y avait 5 Terrot au catalogue. Trois 125cc: la Tenace EL (1.710FF), la Tenor ET (1.850FF) et la Fleuron EDLS (1.990FF), ainsi que deux 175cc: la Super Tenor AT (1.995FF) et la Rallye AS / 15ch (2.440FF). A la suite de ce catalogue 1963, y a t il eu des ventes et des fabrications? Toujours est-il, que l'on entendit plus parler de ces ultimes motos françaises....

Pour voir avec plus de détails :

Les Peugeot

Les Motobécane

Au moment où les premières japonaises arrivaient en France, les français rangeaient les outils!!

Cliquez -> Voir l'arrivée des Honda en 1961.

Cliquez-> Voir l'arrivée des Yamaha en 1962

Voir aussi : Le cyclosport en France de 1969 à 1970 (environ).

............

Les évolutions en Allemagne (RFA)

En Allemagne la situation est bien différente, car il n'y a pas de moto sans permis, mais des catégories par tranche de 100cc, comme  les moins de 100cc et les moins de 200cc, ces deux premières catégories étaient exonérées de taxe depuis 1928.

Dans cette catégorie "détaxée"on rencontre deux groupes: les plus chères et luxueuses sont les 200cc qui extérieurement se différencient peu des 250cc,  et les plus rustiques sont les 100cc, pour être très bon marché elles sont très simples et légères comme les 100cc françaises.

Après guerre la détaxe des moins de 200cc n'est plus en place,  une classification par puissance réelle est mis en place, et pour les permis la règlementation en RFA était devenue la suivante 

A partir de 16 ans avec permis Klasse 5 on pouvait piloter les cyclomoteurs bridés à 40km/h et toujours à 16 ans mais un permis supérieur: le Klasse 4 c'était les 50cc "libres" (les kleinkraftrad/petites motos).

Et ensuite à 18 ans et le permis Klasse 1 (moto) en poche les jeunes allemands accèdaient au marché des motos de plus de 50cc soit de 75cc à 1200cc.

Une autre précision qui explique le marché allemand: la nouvelle classification basée sur la puissance réelle faisait que les impots annuels (vignettes) et les assurances progressent par bonds importants et par catégories de puissance sans tenir compte de la cylindrée des motos comme cela avait été le cas.

Mise à part les 50cc "kleinkraftrad", la première catégorie de moto qui correspond aux petites cylindrées est celle des 10ch DIN, la deuxième est celle des 17ch DIN. Du fait de ce système les fabriquants non aucun intéret à gonfler artificiellement leurs puissances, comme le font habituellement les japonais, car cela nuit à la vente de leurs produits.

 Parmi les fabricants allemands que nous connaissons il y avait eu plusieurs politiques, suite à la création en 1928 de la catégorie des moins de 100 et de 200cc:

- L'usine Zundapp/Nuremberg qui produisait à l'origine des motos très proche de ces 200cc, s'est systématiquement aligné sur ces 200cc pour produire des modèles en grand nombre. Mais la firme ne descendit jamais en dessous de 175cc. La production des "petites" Zundapp ne commencera qu'à partir des années 1950 à la charge de l'usine Zundapp/Munich.

- BMW, à part une production de 200cc de 1931 à 1936 avec les R2 et R20, BMW resta toujours en catégorie grosse moto et ne redescendit plus au dessous de 250cc avec ses R25/26/27.

- Sachs, en spécialiste des petites cylindrées, produisit pendant les années 1950, des moteurs de 100cc et 175cc qui étaient fournis soit à Hercules soit à d'autres marques, puis des moteurs de 50cc à partir de 1955.

-Kreidler est une marque qui pris naissance en 1950, et se consacrera uniquement aux 50cc (jusqu'à l'arrivée des 80cc en 1980 !!), voir en fin d'article 2 modèles des débuts de Kreidler.

- Hercules, qui appartenait au même groupe industriel que Sachs, commercialisait des motos de toutes cylindrées jusqu'à 250cc, mais ne produisait aucun moteur. Hercules se fournissait chez Sachs ou ILO, et même chez Zundapp pour son premier 50cc.

..........

Arrivée des premiers 50cc en Allemagne

En Allemagne comme en France les premiers 50cc arrivent sous la forme de bicyclette à moteur auxiliaire, ici c'est un modèle ILO de 1951.

ILO_50cc_1951

Mais certains constructeurs sont à la pointe du progrès, ainsi en produisant en 1949 la Mobylette, Motobécane montre à toute l'Europe ce que peut être un cyclomoteur. En Allemagne on réagit, avec en 1950 Kreidler et son 50cc ( 2,2ch/2vit) le K50, voici les 2 premiers 50cc d'Hercules, à gauche, le 213 à moteurs Zundapp de 1953, et à droite, le 214 de 1955 à moteur Sachs, le premier moteur 50cc de Sachs.

Hercules_213_53_55_214_54_56

Il faut préciser, que face à une très grande demande du public et au risque que représentait la concurrence de Kreidler avec son très performant K50, ce premier "moped" à moteur Zundapp (sans vitesse) de 1953, résultait d'une entente " stratégique", ainsi de 1953 à 1955, entre Hercules, TWN et Zundapp, les deux premiers fabriquaient les parties cycles et Zundapp les moteurs.

Chacune des trois firmes, commercialisait une partie de cette production sous sa propre marque. Ainsi ces machines en version Zundapp étaient vendues en "Combinettes". 

Cliquez ici -> Pour la version Triumph

Cliquez ici -> Pour la version Zundapp

Cette même année 1953 NSU produit son Quickly, un 50cc à 2 vitesses, ce sera un grand succès, puisque fabriqué jusqu'en 1965 ( à 1 million d'exemplaires).  

Cela servira d'exemple aux autres fabricants allemands, puisque en 1954, dès la fin de l'opération "patriotique", alors que Zundapp aura la capacité de produire en totalité ses propres 50cc, elle imitera NSU avec une Combinette 50cc à 2 vitesses.

Toujours en 1954, les firmes Hercules et TWN équiperont aussi leurs cyclomoteurs (un modèle commun) avec un 50cc à 2 vitesses, un des premiers 50cc de Sachs .

QuicKly-NSU

Le 50cc NSU Quickly

Les 50cc vont occuper le secteur du bas de gamme des deux roues motorisés, ces moped seront aux environs de 500 DM, ainsi les 100cc vont progressivement leur laisser cette place et monter vers un standing plus bourgeois, ci dessous l'évolution des 100cc Hercules le montre bien, puisque le  K100 sera en 1956 à 1.000 DM. Pour la France le même commentaire s'applique aux cyclomoteurs et vélomoteurs.

L'Allemagne fut un des seuls pays à connaitre une catégorie de "50cc rapide" séparément de ses catégories cyclomoteurs (Moped, Mokick et Mofa), cela débuta en 1954 sous l'impulsion de la firme Kreidler. Voir notre article: "Les kleinkraftrad à l'assaut du marché allemand".

 ...........

Pour revenir aux 100cc :

Voici un modèle Hercules, le MF2 de 1939 qui ressorti de 1948 à 1951, démarrage aux pédales. Moteur Sachs 100cc avec 2vitesses et 2,25 ch à 3.500tr/mn

Hercules_MF2_39_48

 

Et ci dessous une Radex de 1953 à moteur Sachs 100cc, qui est un bon exemple de la production allemande du début des années 50. Hercules fabriquait la 316 une machine similaire équipée du même moteur. Plus de démarrage aux pédales mais au kick. Moteur Sachs 100cc, 2vitesses, 3ch à 4.000tr/mn

Radex100_Sachs_53

..............

Hercules démarre en 1956 la série des K100 avec un nouveau moteur Sachs, de vraies petites motos modernes et utilitaires, qui seront suivies des K101, K102 et K103.

Hercules_K100_56_61

Cette K100 était présenté ici dans un MotoRevue de 1958, moteur de 100cc, 3 vitesses à main, 5,2ch à 5.500tr/mn, 75km/h.

Ce n'était pas très violent, mais l'évolution constante, que cette série suivit, devait correspondre à un succès commercial certain.

.........................

Deux publicités de 1961 pour les K101 et K102.

Hercules_K101_1961

 

Avec enfin le K102 avec 3 vitesses au pied et non à main comme sur le K100 de 1956.

( puis 4 vitesses pour ce même K102 à partir de 1963, comme pour le K103 de 1962 et le KS100 Zundapp).

Hercules_K102_1961

 

L'Hercules K103 sort en 1962, toujours un Sachs de 100cc, mais 4 vitesses au pied, 7ch à 5.750tr/mn et 90km/h.

KS103_1962_Hercules

 

.................

 

JudennePubSept64

Ci dessus une publicité de l'importateur Hercules dans "Scooter et Cyclomoto" Spécial Salon de septembre 1964, parmi les 100cc, le K102 et 103 sont qualifiés de "fantastiques".

Le K103S, qui allait être présenté quelques jours plus tard à Cologne , n'est pas cité. A noter que la gamme des 50cc Hercules est, comme en Grande Bretagne, commercialisée sous la marque "Prior".

Comme c'est indiqué sous la publicité, "JUDENNE" exposait au salon de Paris.  Est ce que Judenne était déjà l'importateur Zundapp?? En 1964 ce n'est pas sûr, mais courant 1965 oui, car Judenne publie cette année là ses premières publicités pour Zundapp. 

Cliquez -> Pub Judenne/Zundapp

.............

Zundapp en 1963

Zundapp avait totalement arrêté sa production de grosses motos, alors pour garder un minimum de présence sur ce marché de la moto et inspiré par le succès de l'Hercules K103 pourquoi ne pas augmenté la cylindrée du 50cc 4 vitesses.

Depuis plusieurs années le Zundapp KS75 a prouvé la solidité de ce bloc moteur. En 1963 c'est donc la sortie du KS100, le tout premier modèle  n'a que 7ch, mais cela suffit pour égaler le K103 d'Hercules.

KS100_1963

.........

Au Salon de Cologne d'octobre 1964

Hercules/Sachs et Zundapp présentent simultanément leurs 100cc en version cylindre "panoramique" de 8,2ch. Pour Zundapp c'est toujours la référence KS100, mais pour Hercules c'est devenu le K103S.

KS100_514_1964_rouge

KS103S_Hercules

Soit les firmes se concertaient, soit chacune avait des espions dans l'autre camp!

SachsZun100panora

Les deux moteurs Sachs et Zundapp de 100cc 8,2ch "panoramiques", photos prises lors de leurs présentations à l'IFMA de Cologne pour le n° d'octobre 1964 de "Scooter et Cyclomoto", à gauche le Sachs et droite le Zundapp.

Cologne1964

Ci dessus la piste, devant l'IFMA de Cologne, où le public pouvait tester les derniers modèles. Cette fin d'année 1964, la concurrence était très rude dans les 100cc comme dans les 50cc, puisque Sachs et Zundapp présentaient chacun,  en plus de leur dernier 100cc, leur nouveau 50cc "sport", 5,2ch et 5 vitesses, en piscine cela s'appelle de la "natation synchronisée"!. 

Et Kreidler? Depuis toujours Kreidler boycottait l'IFMA, cela ne l'empêchait pas de s'aligner sur la puissance des autres et de présenter simultanément son 5,2ch/5vitesses (Florett super TS).

Les 50cc/5,2ch "sports"des firmes allemandes ne sont évidemment plus dans la catégorie "bas de gamme" des mopeds/cyclomoteurs à pédales.

Ce sont en Allemagne des "petites motos" et en France des "vélomoteurs", leurs tarifs sont début 1965 à plus de 1.200 DM en Allemagne et entre 1.900 et 2.000 FF en France. En France le "best-seller" des 50cc en catégorie moped/cyclomoteur, c'est le moins cher, c'est le VéloSolex S3300 qui est vendu à ce moment : 373 FF!!!

...........

Les 125 et 250 MZ aux débuts des années 60.

Pour s'expliquer la montée en puissance des 100cc, il faut dire que 3 machines, made in RDA, étaient apparues en 1962 en RFA : Les ES 125, 150 et 250 de  MZ, produites par l'ancienne usine DKW de RDA elles sont l'héritière de la fameuse DKW RT125 et de son balayage schnurle.

Elles étaient très bien équipées et développaient: 8ch à 5,900 tr/mn (pour la 125cc), face aux 7ch des 100cc de RFA, et 10ch pour la 150cc soit pile au maximum de la catégorie 10ch... même chose pour la 250 avec ses 17ch elle était aussi au maximum de la catégorie 17ch........c'était un défi!!  

C'est peut être ces petites "communistes" d'Allemagne de l'Est qui décidèrent les "firmes capitalistes" de l'ouest, Zundapp et Hercules, à pousser simultanément leurs 100cc à 8,2ch? Non mais!!

Et ce n'était pas fini, puisqu'à la fin des années 60, Zundapp et Sachs créèrent presque simultanément de nouveaux blocs moteurs à 5 vitesses pour atteindre les 10ch avec 100cc, puis quelques années plus tard les 17ch avec 125cc la limite de la catégorie supérieure. Dix après l'arrivée des MZ en RFA le défi était relevé.

PubMZ125_1

Message politique discret, pour ce couple de RDA il y a deux motos.....donc en RDA pas de pénurie....

En France les petites 125cc de l'Est étaient très compétitives en 1963, 2.100 FF pour la MZ et 1.830FF pour la CZ.  chez Judenne l'Hercules K103 (7ch) était à 2.400FF.

..........

Tous les Zundapp KS100

KS100_1962_1968

Ci dessus les 3 principales évolutions du KS100 Zundapp de 1962 à 1968 en version "utilitaire"

GS100_USA

Et les deux modèles 'tout terrain" de 1967/68, le GS100 et le Scrambler, principalement destinés au marché américain des motos de "loisirs"

Voir notre article: "Les derniers 100  Zündapp à 4 vitesses 1967/1969"

...............

Le caractère très utilitaire des 100cc allemands est bien rendu par les publicités d'époque, ici une publicité de 1971, pour le derniers des Zundapp KS100 le 10ch 5vitesses.

Ks100_71

Comme celle de 1960 pour l'Hercules K101, ces publicités nous proposent des couples de jeunes allemands qui n'ont pas encore accédé au "confort" de l'automobile individuelle. Pour une publicité de 1960 c'était plausible mais pour 1971 cela commençait à l'être moins.  La publicité MZ de 1963 était sur le même thème, du couple, mais pour la RDA cela se comprenait, car les délais de livraison des Trabant étaient très long... 

Hercules100_1960_Pub

(Voir les publicités Zundapp 1957/1967)

Au cours des décennies suivantes, le combat entre Hercules/Sachs et Zundapp continuera, avec une augmentation de la cylindrée, qui transformera après 1968 les 100cc "utilitaires" en 125cc "de loisir".

Avec au passage en 1968 un changement de civilisation...et oui rien que cela!!

(Voir la publicité DKW/Hercules de 1977)

............

Pour une fois quelques images de Kreidler l'autre grand concurrent, qui lui ne bougeait pas de la gamme 50cc

Avec des publicités d'époque de 2 machines de 1954, toutes deux en catégorie "petite moto" c'est à dire avec le même type de moteur de 50cc "non bridé".

En fait ces modèles K51 et R50 n'avaient pas encore des performances remarquables, puisque qu'ils étaient tous les 2 équipés de la même mécanique: un 50cc à 2 vitesses et 2,2ch donnant 55km/h, alors que les modèles bridés à 40km/h de Kreidler étaient équipés dun moteur à 2 vitesses mais, suivant les modèles, de 1,5ch à 2ch.

L'écart de puissance entre les Kreidler 1954 "bridés" et les "non bridés" était infime: 0,2ch, avec le temps cet écart augmentera considérablement, les "40km/h" seront des 2,9ch et les "+ de 40km/h" atteindront jusqu'à 6,25ch (ceci pour toutes les marques allemandes).

KreidlerCycloK51

KreidlerCycloR50

............

 

LA SUITE.....DANS NOS AUTRES ARTICLES

Sur "Hercules/Vap/Sachs"

Les chiffres de la production des motocycles dans Solex de 1946 à la Mobylette AV89 de 1960

Voir nos articles sur "Kreidler"

Voir nos articles sur "Peugeot"

Aussi, l'histoire de la législation française "cyclomoteur, vélomoteur ou moto"

 "L'interdiction en France des compétitions  125cc et moins de 125, de 1951 à 1957"

Voir notre article: "Les derniers 100  Zündapp à 4 vitesses 1967/1969" 

 

Cliquez -> Voir l'arrivée des Honda en 1961.

 

Cliquez-> Voir l'arrivée des Yamaha en 1962

 

Et nos autres articles:

" Le cyclo-sport en France de 1959 à 1070"

"Les kleinkraftrads à l'assaut du marché allemand 1954/1964"

Voir notre dernière rubrique:

"Les essais et comparatifs de la presse ancienne"