Voici un article que nous a fait parvenir Christian Toumpsin, ce dernier est passionné  par l'étude des motos des polices belges, police de la route et polices municipales.

Aujourd'hui voici les motos de la police de la route de 1933 à 2000.  La Belgique ayant été un grand pays de la motos, il est évidant que le premier choix de la police de la route belge ait été une marque belge, cela aurait put être Sarolea ou encore FN, mais ce fut Gillet-Herstal (à ne pas confondre avec la firme française René Gillet).

 

 La période "motos belges"

Les motos sont indissociables de l'image de la police de la route belge. Avant la guerre la police de la route fut exclusivement équipée de motos de marque Gillet fabriquées à Herstal près de Liège. Mais contrairement à ce qui fut affirmé ce n'est qu'en 1938 que les légendaires "Bol d'Or" furent affectés à la gendarmerie. Les motos de 1933 étaient des Gillet 500cc. 

Toutes ces photos proviennent du "Service Historique de la Police - Bruxelles"

Moto1-1933-1946

Moto2-1933-1946

 Commentaire du ZSEFT: La firme Gillet Herstal eu dans cette période d'avant guerre trois grands succès en prenant la 1ere place au classement général du Bol d'Or (qui avait lieu ces année là sur le circuit de Saint Germain en Laye en banlieue parisienne) avec ses modèles "Course" de 500cc .

Ainsi deux années de suite, 1928 et 1929, ce fut Victor Vroonen qui remporta le général et en 1936 ce fut Edgar Craët qui fit de même, à noter qu'à cette époque le même pilote restait 24h en selle. Le retentissement de ces victoires explique que les versions "grand sport" des 500 et 600cc Gillet eurent l'appelation Bol d'Or. 

 Lors de la réorganisation de la police de la route en 1935, apparurent les Gillet 600cc tant en version solo qu'avec side-car. En 1937 ce fut des Gillet 600 ST37 suivies en 1938 de 500cc Bol d'Or. Pendant la guerre notons la livraison en 1941 de quelques Gillet 600cc et d'une vingtaine de Gillet 375AF avec side-car Bernardet. 

Moto4-1933-1946

Moto3-1933-1946

  Dans l'immédiat après-guerre la police de la route fit également usage de quelques motos issues tant des surplus de l'armée allemande (Zündapp) que de l'armée britannique (Ariel, Matchless et Norton). Sans oublier quelques Saroléa.

 

La période Harley Davidson 

 

Texte1946-1948-2

La légende veut qu'en 1946, lors d'un déplacement du Prince Régent Charles celui-ci fut escorté par un groupe de motos Gillet dont toutes -sauf une- furent victime de pannes mécaniques. On affirme donc que le Prince Charles promit aux membres de l'escorte de nouvelles motos.  

Charles de Belgique

Charles, prince régent de Belgique de 1944 à 1950, semble avoir été à l'initiative de l'équipement en Harley-Davidson de la police de la route. voir sa page Wikipedia "Charles de Belgique" (photo provenant de cette page Wikipedia).

 

Ci dessous une personnalité escortée par les Harley 750 de la police de la route belge

Moto2-1946-1948

Quel ne fut pas la surprise de ces hommes de voir arriver en 1946 des motos de marque Harley-Davidson qui s'imposeront durant plusieurs décennies comme un des symboles de la police de la route belge. Les premiers modèles, assez rudimentaires, furent au fil du temps remplacés par des modèles de plus en plus puissants et imposants sinon luxueux. 

Moto1-1946-1948

 

Les premiers modèles furent des 750cc rapidement remplacés par des 1000cc puis, dès 1958 par des 1200cc. Les dernières Harley-Davidson furent livrées à la gendarmerie en 1980.   

Moto3-1946-1948

Moto4-1946-1948

Moto1-1949-1975

Moto2-1948-1975

Moto3-1948-1975

Moto4-1948-1975

Moto5-1948-1975

 

 La période "BMW"

L'année 1976 sonne la fin des Harley-Davidson et la police de la route belge commence à être équipée de motos BMW. Les premiers modèles, des R90/6 paraisent assez frêles par rapport aux imposantes Harley-Davidson. 

Texte1976-2000-2

 

Moto1-1976-2000

Moto2-1976-2000

Moto3-1976-2000

Moto4-1976-2000

Moto5-1976-2000

 

Merci à Christian Toumpsin pour nous avoir fourni ces photos et leurs commentaires, à bientôt avec des photos des motos des polices municipales belges, beaucoup plus variées que celles de la police de la route.