Entre 1980 et 1984 la firme Zündapp mit à son catalogue un grand nombre de nouveaux modèles, pourtant dans la même période Gottfried l'importateur pour la France ne présentât que deux modèles de Zündapp à l'ingénieur des "Mines" de Colmar pour homologation :

Le KS80/Mot1 le 8 juillet 1981  et le GTS50 5vit/Mot1 le 16 novembre 1982

..................

La principale et seule cause de cette situation était la nouvelle législation de mars 1980: 

Le premier point qui avait été fatal aux cyclomoteurs Zündapp fut l'interdiction au 1er juin 1980 de la vente des cyclomoteurs neufs à boite de vitesses, Gottfried l'importateur Zündapp y  perdit la quasi totalité de son chiffre d'affaire. Les années précédentes il vendait annuellement de 7 à 8000 KS50/GTS50 en France, 

Un deuxième point critique vis à vis des125cc Zündapp fut la création de trois nouvelles catégories de moto: Mot1 pour les moins de 80cc, Mot2 pour les 80cc à 400cc ce qui classa les KS125 en "moto" avec permis moto et plus de 18 ans, jusque là les 125cc étaient en MTL avec permis A1 à 16 ans (et Mot3 pour les moto de + de 400cc).

Troisième point aggravant la situation des petites cylindrées: les habilitations de conduite avec permis "auto" sont modifiées, alors que la conduite des 125cc était jusque là possible avec un permis auto, cette législation de mars 1980 n'autorise que la conduite d'un "Mot1 automatique" c'est à dire un scooter 80cc.

Donc du côté des KS125, rien ne va plus, la nouvelle législation de 1980 les classe avec les motos de moins de 400cc, et leur coût prohibitif du au change DM/Francs les rend invendables en France et de toutes façons Zündapp cesse la diffusion des KS125/175 fin 1982 (par contre la production du être certainement renforcée pour répondre à l'énorme volume à destination d'Enfield).

..................

Homologation française des 80cc Zündapp

Le 8 juillet 1981  l'importateur Gottfried avait présenté aux "Mines" de Colmar un exemplaire de KS80 (cadre 530) avec une fiche intitulée: "KS80/Mot1". L'importateur avait eu jadis des difficultés liées aux multiple références de 50cc produit par la firme munichoise, et pour ce premier 80cc l'importateur utilisa l'appelation commerciale en guise de type. 

Ainsi jusqu'à la faillite de Zündapp en 1984, de nombreuses nouvelles variantes de 80cc furent produites avec deux nouveaux cadres (540, 537), pour faciliter la vente de ces multiples modèles de 80cc qui n'était chacun vendu en France qu'à quelques exemplaires, la fiche d'homologation"KS80" de 1981 fut la seule fournie à tous les acheteurs français d'un 80cc Zündapp quelque soit son type.

Que ce soit un KS80, un K80 ou un 80 Super, la fiche d'homologation sera donc la même et les cartes grises de toutes ces machines ont la même mention :"type  KS80".

Dans cette fiche la vitesse indiquée est 75km/h, puisque c'était la vitesse maxi autorisée pour les "Mot1" en France,..

Fiche des Mines du KS80/Mot1

HomolKS80Extrait

L'exemplaire de fiche en ma possession est incomplet et il manque la partie supérieure avec l'intitulé "Mot1 Zundapp Type KS80", mais par chance ces indications figurent dans le détail de l'extrait que je vous présente. 

..................

Les GTS50 5 vitesses allemand et français

Le cyclomoteur/mokick allemand

En 1981 la législation change aussi en Allemagne, la catégorie des petites motos "kleinkraftrader" (50cc rapide) a été supprimée au profit d'une nouvelle catégorie les motos légères"leichtkrafträder" (80cc limité à 80km/h). Pour les deux leaders de l'ancienne catégorie des 50cc rapides, Kreidler et Zündapp, la disparition de ce marché en Allemagne est une la catastrophe numéro 1.

Voir notre article: 

Les Leichtkrafträder de 1981, le grand désastre!

Pour le marché allemand aux côtés des quelques 80cc vendus (voir les chiffres dans l'article précité), Zündapp ne peut compter que sur la catégorie des cyclomoteurs (mokick, moped et mofa).

Pour élargir sa gamme de cyclomoteur vers le haut, la firme munichoise va utiliser le classique cadre 529 avec le bloc moteur de ses anciens "kleinkraftrader" maintenant inutilisé: le bloc 50cc 5 vitesses associé avec le carénage tête de fourche, pour proposer au marché allemand un nouveau mokick "haut de gamme" le GTS50 5 vitesses.  

Le haut moteur était la variante "bridé 2,9ch", ce cyclomoteur/mokick 5 vitesses ne devant pas dépasser les 40km/h en Allemagne.

PudApublier

De nos jours de nombreux GTS50 5 vitesses "mokick"réapparaissent sur le marché allemand des anciennes, preuve que ce modèle eut un certain succès.

 

Le GTS50/Mot1 français

En France l'importateur Gottfried projette d'utiliser ce GTS50 5 vitesses pour le marché français....

Une fiche d'homologation est préparée, la catégorie cyclomoteur étant à ce moment interdite aux boites de vitesses, il faut essayer une autre catégorie de motocycles.....ce sera celle qui correspondait à ce moment aux 80cc: la catégorie Mot1. 

Ainsi le 16 novembre 1982  l'importateur Gottfried avait présenté aux "Mines" de Colmar un exemplaire de GTS50 5 vitesses (cadre 529) avec une fiche intitulée: "Mot1-Zündapp-Type GTS50".

Fiches des Mines du GTS50/Mot1

HomolExtrait1

Comme vous pouvez le constater l'importateur ne fait pas référence aux "5 vitesses" dans la désignation du type, c'est GTS 50. Mais dans le descriptif ci-dessous vous retrouvez la 5ème vitesses dans la partie "transmission du mouvement".

Dans la partie "rotation maximum" nous avons 7700tr/mn à 75km/h (qui le maximum autorisé pour la catégorie Mot1), cela confirme que le haut moteur bridé à 2,9ch et 40km/h du modèle allemand n'est pas utilisé, ici c'est le haut moteur classique des anciens KS50 allemand de 6,25ch qui reprend du service. 

HomolExtrait2

HomolExtrait3

 Il semble que ce projet d'importation en France d'un GTS50 5 vitesses "rapide", n'ai pas eu de suite. Le seul exemplaire dont on peut être certain qu'il a été importé aura été celui présenté à l'homologation.

La motivation initiale de ce projet semble avoir été la commercialisation d'un "Mot1" moins cher que le KS80 (avec des performances proches).

Mais en 1982 simultanément à l'homologation en France de ce GTS50/5vit en catégorie Mot1, une version économique de son 80cc fut proposé par Zündapp: le K80 (ci-dessous).   

K80

 Ce K80/540 était équipé d'un cadre léger très similaire à celui qui équipa plusieurs cyclomoteurs Zündapp de la nouvelle série 448, à 3 ou 4 vitesses: CS50, CS25, Haï 50, Haï 25, etc.....machines jamais importées en France pour cause d'interdiction des cyclomoteurs à boite.  

Ce modèle de 80cc/Mot1 "low cost" fut effectivement importé et diffusé en France par Gottfried (avec la fiche d'homologation du KS80) et cela retira tout intéret économique à la diffusion d'un GTS50/Mot1. 

Conclusion

La législation française qui fut appliquée à partir de 1980 (jusqu'à 1985 pour les 80cc /Mot1 et jusqu'à 1996 pour l'interdiction des cyclomoteurs 50cc à boite) fut très dure pour les importateurs qui étaient sur le créneau des petites cylindrées à boite de vitesses. Pour l'importateur Zündapp les ventes furent faibles et uniquement en catégorie 80cc/Mot1.

Pour la partie cyclomoteur, on pouvait penser qu'avec l'interdiction française des cyclos sport à boite de vitesse le secteur du cyclo à variateur aurait été avantagées.....pourtant Motobécane fit faillite en 1984 la même année que Zündapp.

L'effondrement général du marché français du cyclomoteur datait en fait de la fin des années 1970, avec dès 1979 une situation qui n'est plus ce qu'elle était, en 1979 le marché du cyclomoteur s'est effondré en France avec 550.000 cyclomoteurs neufs vendus, dont maintenant 1/5ème (110.000) sont importés.

Le total des cyclomoteurs  français produit en 1979 fut de 752.000 ( dont 440.000 vendues en France) réparties entre les deux dernières firmes françaises encore sur le marché: le 1er c'est maintenant Peugeot avec 410.000 (250.000 vendues en France) suivi par Motobécane avec  340.000 (190.000 vendues en France)......

  Cinq ans plus tôt, en 1974, la situation était totalement différente, avec un marché français encore au sommet, les livraisons aux commerçants français furent cette année là de 1.027.483 machines de 50cc  ( 912.847 françaises + 114.636 importées).

En cinq ans, de 1974 à 1979 le marché français avait chuté de 50%, et depuis cela n'a pas cessé de se réduire, avec un marché 2016 qui, tout type de cyclomoteur confondu, en était à seulement 93.000 unités (dont 13.160 mécaboite), soit moins de10% du marché de 1974.

Donc législation ou pas, variateur ou boite de vitesse, le cyclomoteur était le produit d'une époque et devait disparaitre avec!

PMG/Avril 2018