Voici une présentation inhabituelle pour le Zseft, nous publions principalement des documents "français", mais ce dépliant publicitaire allemand de 1937 n'est pas un document quelconque......

Car il nous a été confié par Georges Triay.

A la fin de la guerre la firme Zündapp avait été contacté par le garage Triay d'Alger pour des fournitures de pièces détachées.

La firme Zündapp fournira des pièces détachées puis enfin à partir de 1950 elle proposera ses motos à Eugène et Georges Triay, la maison Triay sera ainsi importatrice des motos Zündapp pour l'Algérie de 1950 à 1962.

Dans un premier temps la firme de Nuremberg ne pouvait fournir que des pièces, car, conséquence de son soutient aux "Nationaux Socialistes", la firme allemande aura l'interdiction de commercialiser au grand public ses motocyclettes jusqu'en 1949.

 

Ce genre de document  était précieux à Alger puisqu'il permettait d'identifier pour les réparer, quelques unes des nombreuses machines issues de la capitulation de l'Afrika Korps en Tunisie.

Si nous écrivons "quelques unes", c'est en effet que ce "catalogue" civil de 1937 ne contenait pas certains modèles qui ne furent produits qu'à partir de 1938 (KS600) ou qui ne furent livrés qu'aux armées (KS750).

 

Zündapp 1937

Zun37Page1

Cette gamme 1937 découlait à 100% des modèles conçus en 1933 par un bureau d'étude extérieur à l'entreprise Zündapp, celui de l'ingénieur Richard Küchen.

En Allemagne la participation d'ingénieurs extérieurs était une pratique courante dans l'industrie motocycliste comme dans l'industrie automobile.

En 1933 le bureau d'étude de Richard Kürchen avait ainsi créé  pour Zündapp deux gammes de motocyclettes, une gamme "deux temps" pour les moyennes cylindrées et une gamme de "flat" twin et four pour les grosses cylindrées.

Zündapp erfüllt Ihre wünsche (Zündapp exauce vos voeux)

Zun37Page2

Zun37Page2haut

Zündapp KK350, für Strasse und Gelände (Pour la route et le tout-terrain)

Zun37Page2bas

La moto présentée sur cette première page du catalogue est la KK350, cette moto était  la synthèse des deux gammes Zündapp du moment, puisque c'était un "deux temps" de la gamme moyenne qui était équipé de la transmission par cardan et boite de vitesses à "chaînes" des gros flats. Le deuxième K de KK350 indique que le cadre en tôle emboutie est un cadre "léger" (les cadres léger se reconnaissent à l'absence des montants verticaux situés à l'aplomb des ressorts de selle).

Dès 1933 un modèle de ce style avait existé, c'était la K200, mais avec ses 6,5ch et son cadre en tôle emboutie cette 200cc était beaucoup moins performante que les autres 200cc à cadre tubulaire.

Ce qui explique l'évolution de Zündapp qui, à partir 1935, avait produit un monocylindre deux temps de 350cc la K350, je crois que c'est le plus gros deux temps jamais produit par Zündapp. Avec ses 11ch cette K350 pouvait  déplacer ses 157kg à 95km/h, plus facilement que les premières K200 de seulement 6,5ch.

En 1936, Zündapp produit une version "allégée" de quelques kilogrammes, la KK350 qui figure sur ce document de 1937.

Ci dessous la K350 de 1935 est reconnaissable au montant vertical situé sous la selle.

K350etatCollection

Le modèle la KK350 qui est présent le document publicitaire 1937 n'a plus ce montant vertical sous la selle, mais avec seulement 5 à 6 kilogramme de moins que la K les performances de la KK allégée sont comparables, environ 95km/h.

Dans la gamme Zündapp c'était aussi un modèle intermédiaire par son prix de 910 RM situé entre les 600 RM de coût moyen des deux temps Zündapp et les 1.350 RM de coût moyen des gros flats de cette gamme 1937. Notre spécialiste en production "Nuremberg", Franck, m'indique que ces modèles K et KK350 ont eu une très faible diffusion (500 exemplaires de 1935 à 1937)

Sachant que le Reichsmark valait 1/3 de gramme d'or on peut essayer une conversion "osée", avec le cours actuel de l'or, cela nous donnerai aux environs de 10€ pour 1 RM soit donc 10.000 € pour 1.000 RM...cela fait des machines assez chères...mais à cette époque c'est tout à fait possible.

Voici sur cette page la présentation des trois "flats" 1937.

lZun37Page3

 Et des gros plans sur ces trois machines.

Zündapp K500 für Solo und Beiwagen  (pour le solo et le side-car).

Zun37Page3-1

Dans cette gamme des flats Zundapp 1937, cette robuste "latérale" de 16ch sera la seule "flat" de cette page à être produite en grande quantité pour la Wehrmacht. L'absence de "S" dans la désignation signifie soupapes latérales.

Avec ce modèle K500 "latérale", deux autres flat twins, non présents dans cette publicité, seront ultérieurement produits en quantité pour la"Wehrmarcht" les KS 600 jusqu'en 1941 et KS 750 jusqu'en 1944, ainsi qu'une petite 200cc la DB200 DERBY jusqu'en 1940.

Zündapp KS500 die autobahn maschine  (la machine pour autoroute)

Zun37Page3-2

Dans cette gamme de 1937, voici la KS500, c'était la Zündapp la plus performante de ce catalogue.

Les autoroutes commençaient à quadriller l'Allemagne et en 1935 la firme BMW avait sorti la R5, une 500cc de 24ch approchant les 140km/h sur "autobahn". Cela en faisait alors la reine des autoroutes.

Cela explique que pour défier la BMW R5, la firme Zundapp ai commencé à produire en 1936 cette KS500.

Avec ses deux carburateurs et ses 25ch à 5.200tr/mn, elle pouvait, elle aussi, rouler à 140km/h. Cette 500 sport fut la première Zündapp a être équipé d'un sélecteur au pied, couplé à un levier à main (Information Franck).

Courant 1937 cette KS500 sera doublée par une machine un peu plus légère et un peu plus rapide la KKS500 (avec un 2ème K pour cadre léger), ci-dessous une très rare KKS500 vue à Mannheim 2015.

KKS500mannheim2015

Ensuite ces deux 500cc seront remplacées par la KS600, une nouvelle machine un peu plus puissante, mais aussi plus sage puisqu'avec son unique carburateur elle développera 28ch à 4.700tr/mn, soit à 500tr/mn moins vite que les 500cc KS et KKS.

Ainsi cette motorisation de 600cc un peu moins "sport" cette KS600 sera aussi plus apte à équiper les armées allemandes. Ci-dessous une KS600 restaurée.

KS600

......................

Zündapp K800 die deutsche 4-zylinder  (la 4 cylindres allemande)

Zun37Page3-3

En 1937 la K800 était celle que ce catalogue désignait comme étant la "4 cylindres allemande", ci-dessous une K800 vue à Mannheim 2015. Comme pour la K500 l'absence de "S" dans la désignation signifie soupapes latérales.

K800mannheim2015

Mais cette K800 était proche de son arrêt de fabrication pour cause de production intensive d'autres modèles pour la Wehrmacht. Au total cette K800 aurait été produite à 7.500 exemplaires (information fournie par Frank)

Avant son arrêt de fabrication l'armée  allemande fit fabriquer une version militaire de cette 4 cylindres ce fut la K800W, W pour Wehrmacht.

En effet avec l'état de guerre la plupart de grandes firmes allemandes auront un client unique..."l'armée allemande". Ainsi les clients privés ne seront plus livrés et les modèles qui resteront en fabrication seront ceux commandés en grand volume par l'armée.

Voici sur cette page les petites Zundapp de cette gamme 1937, deux 200cc et une 250cc, qui viennent s'ajouter à la 350cc présentée en première page de ce document.

Zun37Page4

 Zündapp DB200 für hohe Ansprüche (pour des exigences élevées)

Zun37Page4-1

A 540 RM (soit environ 5.000€) cette DB200 était la moins chère du catalogue. Comme sa grande soeur la DB250, cette DB200 est équipé d'un cadre tubulaire. Ce modèle sera le seul de ces petits 2 temps à être encore en production dans la période 1938/40 à destination de l'armée allemande.  

 Zündapp DBK200 elegant und schnell élégante et rapide )

Zun37Page4-2 

Mécaniquement, c'est le bloc de la DB200, avec ses 7ch, mais côté cadre c'est la tôle emboutie dans le même style que les cadres des gros flats de Zündapp.

Dans la référence DBK200, le K n'est pas la pour "Kardan" mais comme le deuxième K de la KK350 il signifie "cadre léger" (Information Franck).

 Zündapp DB250 für sportliches Fahren

(Pour une conduite sportive)

Zun37Page4-3

Cette DB250 semble très proche de la DB200, pourtant les "50cc" d'écart se paye cher avec un supplément de 185 RM, soit presque 2.000 euros!

Normalement les motos allemandes jusqu'à 200cc avait un système de taxation favorable, je ne connais pas les modalités de ce "favoritisme".

Est-ce que ces faveurs "fiscales"allaient jusque dans le prix de vente? Si oui cela pourrait expliquer cette différence de prix assez importante face à la DB200.

Les sides STOYE

Zundapp diffusait aussi en Allemagne ses machines attelées à des les side-cars Stoye. Ceux qui connaissent bien les side-cars reconnaîtront ici la silhouette célèbre en France des sides "Précision". Ceci est normal, si vous avez lu notre article sur:

"les importateurs français de Zundapp" 

Vous savez que c'est Victor Bastide qui découvrit les sides Stoye à Nuremberg chez Zündapp, et qui acheta la licence pour la France. Ces sides "Stoye" français auront comme nom: "Précision".

Zun37Page5

Apparemment  un seul modèle de side, en deux finitions "Standard" et "Luxus".

Le début du texte présente le système de "montage/démontage rapide" du side qui faisait la suprématie de Stoye, plus tard ce système sera généralisé à tous les fabriquants.

Zun37Page5-1

Zun37Page5-2

Dans les publicités Zündapp des années 50, c'est une autre fabricant de side-cars que l'on trouvera....Steib de Nuremberg.

Entre temps qu'était-il advenu de Stoye.....Hélas pour Stoye, cette firme étant basée à Leipzig, elle se trouvera à partir de 1945 en zone "russe" et finira rattachée à l'usine DKW de RDA devenue MZ, pour lui fournir les side-cars de ses 250cc.

 En dernière page de ce document publicitaire, Zündapp passait en revue les principales avancées techniques de sa production.

Vollendete Konstruction ( Une fabrication achevée ) 

page5entière

En N°"1" les petits "2 temps" avec un écorché sur le cylindre et la transmission primaire,

en "2" et "3" la fameuse boite de vitesse à chaîne et son arbre de sortie équipant ici la KK350 ( mais aussi les "flats"),

en "4" le petit moteur des 500cc "latérale",  

en "5" le puissant 500cc sport de la KS500, en "6" l'impressionnant moteur de la K800.

TechniqueZun

En 1937 toutes ces évolutions techniques datent déjà de 4 ans puisque c'est par la gamme 1933 qu'elles furent introduites, plus étonnant c'est qu'après guerre elles seront toujours au goût du jour.

La dernière Zundapp issue de cette technologie sera la KS601, et cette machine terminera  sa carrière en 1958 soit 25 ans plus tard!!

Seul BMW fera mieux puisque sa technologie des années 30 ne s'interompera jamais. 

Les firmes françaises furent moins chanceuses, elles étaient nombreuses avant guerre à briller avec des mécaniques performantes, Peugeot, Terrot, Koehler-Escoffier, Monet-Goyon, René-Gillet, Gnome Rhone, etc...

Mais un fois la paix revenue, à part de rares et éphémères cas, aucune de ces firmes françaises ne put vraiment reprendre ses productions d'avant guerre.