De nos jours presque tous les roadsters semblent sortir du même moule, si vous changez les stickers d'une moto moderne pour ceux d'une autre marque la confusion est totale. Avec quelques photos glanées sur l'Internet nous allons essayer de nous rappeler des pratiques plus anciennes, qui, il faut le reconnaître, étaient souvent assez semblables à celle d'aujourd'hui .

Pour commencer quelques cas d'avant guerre, grande époque des flat-twins à cadre en tôle embouti, en Allemagne comme en France.

Voici trois firmes de années 30, parmi celles qui produisirent ce genre de machine:

BMW, Gnome & Rhône et Zundapp.

BMWR11-1930

BMW a été le premier des 3 à produire ce genre de machine, ce fut aussi le premier, en 1938, à revenir au cadre tubulaire avec la R51 équipée de la première fourche télescopique.

Ci dessous une française la Gnome Rhône puis une allemande le Zündapp.

GnomeRhoneV2-500-1934

ZundappK500-1935

La situation était la même qu'aujourd'hui, lorsqu'une firme faisait des choix techniques qui semblaient opportuns à la profession, les répliques qui s'en inspiraient ne tardaient pas à apparaître.

Dans les années 50/60 les japonais, qui démarraient de zéro, s'inspirèrent à 100% des machines européennes, un exemple parmi d'autres.

NSU-SuperMax

Avec trois modèles des années 50,  une NSU (250 mono) et deux Honda, une certaine parenté ne peut se cacher.

Ci-dessous la  Honda Benly une 125 monocylindre, puis la 250 twin.

HondaBenly125-58-NetBl

Honda1956-2

Pendant cette période les exemples de copie furent nombreux, la 650 Kawasaki (BSA), la 250 Yamaha (Adler), les Lilac (BMW et Victoria) et une multitude de petits monos 2 temps inspirés du 125 DKW, etc..

Dans cette série voici la Victoria Bergmeister des années 50...

VictoriaBergmeister

Et sa copie, la Lilac de 1961. La Victoria allemande était équpée d'une boite de vitesses à chaîne à la façon des Zundapp 600cc. Est-ce que sa copie japonaise avait le même équpement?

Lilac250-1961

Quelques années plus tard Marusho/Lilac de 1965, 

Lilac500-1966

C'était peut être une copie, mais elle avait de l'allure, même le frein était typique BMW, il ne manquait que la fourche Earles.

Le motociste parisien Ladevèze tenta l'importation, il fit une publicité dans MotoRevue (n° spécial Salon d'octobre 1967, ci-dessous) et reçu 2 machines du Japon quelques jours avant la fermeture de l'usine, fin 1967, à la suite de quoi il refusa de les vendre pour les garder dans sa collection personnelle.

LilacLadeveze001

La LILAC une copie BMW, qui faisait la "une" de ce Das Motorrad de 1965 après avoir obtenu son homologation en Allemagne!

 Marusho1965

Si les japonais ont osé importer la Lilac en Allemagne, par contre la firme japonaise DSK (cela ne s'invente pas!), n'a pas importé sa production en Allemagne.

Il faut dire que cette production de la Daito Seki Compagnie était une copie très stricte des 250 BMW, ils avaient même copié le sigle:

DSK250

DSK-Sigle

 

Dans les copies japonaise, en voila une que j'ai vue sur les routes de France.

Au départ c'est la firme Meguro qui, dans les années 50, avait copié la 500 BSA.

Kawa-Meguro500

 En 1962 l'entreprise sidérurgique Kawasaki voulant démarré dans le secteur moto, racheta deux petites firmes Meihatsu fabricant de "2 temps" et Meguro copieur de BSA, cette Meguro fut un peu augmentée en cylindrée et importée en France par Clément Garreau en 66/67......

C'est dans ces années là qu'un exemplaire de cette 650 Kawasaki/Meguro tournait dans les rues de Pontarlier, sa sonorité était fantastique.....

Pour rester dans les années 70, le japonais Suzuki proposa un twin 125 dont la mécanique était très inspirée de celle du 125 RUMI italien des années 50.

Suzuki-flyingLeopardMoteur

Rumi1958-retouche

Ce 125 Suzuki est un bon exemple pour faire le pont avec la période des années 70/80.

Après les succès de l'industrie japonaise, dès la fin des années 60 ce fut une période qui connu une inversion des comportements avec des firmes européennes copiant ouvertement les japonais, comme ces derniers l'avaient fait quelques années auparavant.

Une des plus célèbres copies fut la mécanique des 650/750 Laverda très inspirée de celle des Honda CB72/77 (comme du twin Honda de 1956).

Ainsi, bien que leurs moteurs soient très différents, l'esthétique de ces petits deux temps semble proches.

Suzuki-flyingLeopard3

Ci-dessous ce sont les portugais qui copièrent les japonais (ci-dessus).

FamelXF17

SuzukiBP100 

Ci-dessous, ce sont les mêmes portugais qui s'inspirèrent de l'esthétique japonaise (ci-dessus)....même pour le chargement de la selle!

EFSouCasal

 

Les deux 50cc portugais précédents, équipés de moteurs Zundapp, nous rappellent que dans cette cylindrée les allers-retours "inspirés" entre les différentes firmes furent permanents.

Nous allons revenir en arrière au début des années 60

 

Un Zundapp de 1960

KS50-1960

 

Honda1965

 

Deux Honda de 1965

HondaC110

 

Ci-dessous le 80cc Suzuki Challenger de 1965

 

SuzukiChallenger1965

HerculesK50superSport66

 

Ci-dessus l'Hercules de 1966, et ci-dessous le Zundapp de 1968.

ZunKS50-517

 

Voici une autre confrontation qui durera quelques années, entre la firme belge Flandria et Zundapp.

Alternativement les Flandria Rally et les Zundapp pour les années 60 et 70.

FlandriaRally64

 

ZundappKS-1964

FlandriaRally70

C50Sport1972

 

Avec une photo récente transmise par notre ami "Hiponey", c'est justement un de ces Flandria Rally vu lors d'une bourse.

DSC09899