Vous êtes vous demandé un jour, comment ce fait-il que ces belles Hercules/Sachs de route des années 70 soient si rares en France ?

 

....et bien le Zseft a enquêté et vous allez tout savoir, avec des "informations" que vous ne trouverez nul part ailleurs sur Internet!      

Notre sujet principal est de traiter, sur ce blog en français, de la marque allemande Zundapp ainsi que de l'environnement concurrentiel que cette firme connu dans tous les pays où elle fut distribuée.

C'est ainsi que nous avons souvent traité des principaux concurrents qui faisaient face à Zundapp sur le marché allemand du 50cc, parmi ceux ci les deux plus connus en France étaient Kreidler et Hercules.

Ci dessous la très belle K125T 1973, qui était, sur le marché allemand, la rivale de la Zundapp KS125.

Hercules125

 

Préambule

 

La diffusion française des deux firmes allemandes, Kreidler et Hercules, fait partie des sujets d'intéret de notre blog, aussi avons nous regroupé les messages traitant de ces deux firmes sous ces deux rubriques : Kreidler et Hercules/Sachs.

 

L'importation d'Hercules en France de 1960 à 1970

 

Nous avions écrit, dans des articles récents, sur la diffusion de Kreidler en France durant les années 60 et 70, mais pour la firme Hercules nous n'avions "indirectement" évoqué que "Judenne", l'importateur Hercules des années 60. Indirectement, oui, parce qu'à partir de 1964 ou 65 Judenne importait aussi les petites Zundapp.

JudenneOct63

Cette publicité date d'octobre 1963, Judenne n'importe pas encore les Zundapp, mais seulement Hercules et les 3 roues Messerschmitt.

Pour tout savoir sur la période allemande de voiturettes Messerschmitt et Zundapp voir

notre article-> "La saga des voiturettes allemandes"

 

 

Bizarrement les 50cc Hercules sont vendus sous la marque Prior et les 100cc sous la marque Hercules. La marque Prior était principalement utilisé par Hercules pour la Grande Bretagne où la marques "Hercules" était déjà la propriété d'un fabricant de cycles britanique et de ce fait ne pouvait être utilisée. 

Très intéressante la publicité faite en tête de l'encadré pour les records du monde très récents (durant l'été 1963) réalisé à Monthléry par la marque française Vap avec une machine équipé du dernier moteur 5 vitesses Sachs, 6h, 12h et 1.000km. Mr Judenne savait certainement qu'il y avait derrière ces records une escroquerie, le "Vap" étant en fait un Hercules..........

Pour tout savoir sur cette escroquerie voir notre article-> "les exploits des moteurs Sachs".

En novembre 1965, soit un an plus tard ces records seront la propriété de Kreidler, qui les réalisera sur ce même anneau de vitesse de Monthléry. 

En 1968, Judenne perd l'importation de Zundapp, importation qui passe dans les mains de la Société Gottfried, l'année 1969 suivante sera aussi la dernière année d'importation des Hercules/Prior par Judenne. Puisque dès 1970 c'est Hercules qui perd Judenne, son importateur en France, car à ce moment Judenne devient un "exclusif" Ducati (voir notre "Histoire Ducati"). 

Dans les années 60 les firmes allemandes avaient considérés que le marché français du cyclomoteur, le marché du N°1 mondial du cyclomoteur "bon marché", leur était fermé, et ils se contentaient des diffusions confidentielles que leur assuraient des importateurs comme Judenne (Hercules et Zundapp) ou la SGUA (Kreidler).

Voir notre article sur la France n°1 mondial du 50cc de 1950 à 1980...

 

La 1ère tentative d'importation en France d'Hercules 1973/1975

 

Au cours des années 70, avec la renaissance du marché de la moto de loisir il y a aussi en France un essor important du marché du cyclomoteur sportif dont profiteront, dans un premier temps, les producteurs italiens et belges.

Puis, presque simultanément Zundapp (1969) et Kreidler (1971), avec de nouveaux importateurs, deviennent plus agressifs sur le marché français des 50cc, avec une notable amélioration de leurs ventes.

Le point qui alerta tous les fabricants de motocycles fut la modification en France, annoncée pour 1973, de l'age minimum pour l'obtention du permis moto (A), avec son passage de 16 à 18 ans, cela allait fournir une abondante clientèle à toutes les firmes ayant dans leur gamme une 125cc "Sportive", car l'âge du permis 125cc (A1) resta fixé à 16ans.

Ce point crucial ajouté aux succès de Zundapp et Kreidler dans le secteur des 50cc, finit par arriver aux oreilles de la firme Hercules/Sachs.

Ainsi pour le salon de Paris d'octobre 1973, Hercules/Sachs présente au public français toute sa gamme avec en prime son "nouveau" W2000 à moteur rotatif Wankel sur le stand de la firme doloise "JEUNET" (de Dole/Jura), fabricant de cycles et cyclomoteurs, 

.........................

Premier Épisode de la Série "Hercules / Jeunet" lors du Salon de Paris 1973 :

StandJeunetSalonOct73LowDef

Nous sommes ici sur le stand des cycles André Jeunet lors du salon de Paris d'octobre 1973. Il semble qu'Hercules y ai amené toute sa gamme. On y voit en vedette le spectaculaire, mais invendable, W2000 à moteur rotatif. La première version de ce W2000 avait déjà été présentée 3 ans plus tôt au salon de Cologne 1970.

JeunetSalonOct73LowDef

Dans le même MotoRevue n°2145 d'octobre 1973, cette présentation d'un 50cc Hercules et du nouvel importateur: la société anonyme André Jeunet de Dole/Jura.

.............................

Nous présenterons plus tard et en détails la firme André Jeunet avec un article qui lui sera totalement dédié, pour l'heure ci dessous quelques éléments d'information sur cette firme doloise.

.............................

Ce fabricant de cycles "André Jeunet" avait été durant les années 50 et 60, un important fabricant de cycles, cyclomoteurs et vélomoteurs, sous les marques Jeunet et Captivante, et avec les motorisations Lavalette, Vap et Sachs.

Dans un prochain article nous parlerons plus en détail des productions Jeunet, mais sachez qu'au cours des années 50, l'effectif de Jeunet était de 110 ouvriers, et que sa production de cyclomoteurs fut par exemple de 9.463/1956, de 10.930/1957 de 12.000/1958 et de 7.088/1960.

Pour les vélomoteurs/MTL de plus de 50cc à 125cc nous avons des productions de 474/1956 et 342/1957 (pas de chiffre connu pour 1958, et 0 en 1960).

Depuis 1958 Jeunet s'était associé à VAP dans le groupement Sevma (Société d'Etudes de Vélos à Moteurs Auxiliaires), cela permettra à la firme doloise de bénéficier du bureau d'étude de Vap (Impase Thoréton Paris Paris 15ème), pour la conception de nouveau modèle propre à Jeunet comme en 1959 le Captivante Milano, et de diffuser des modèles du nouveau groupement sous ses marques, comme le VéloVap .

Jeunet sera aussi le fournisseur , à partir de 1964, de la célèbre société de vente par correspondance "Manufrance" de St Etienne, pour ses cyclomoteurs revendus sous la marque Hirondelle (avec motorisation Lavalette), cette gamme "Hirondelle" sera composée de l'ancienne gamme "Captivante" que Jeunet ne diffuse plus depuis son adhésion à la Sevma.

CaptivanteHirondelle1965

Gamme Hirondelle de 1965

Jusqu'au début des années 60, Jeunet fabriquait et commercialisait dans son réseau ses cyclomoteurs "Captivante", mais avec l'arrivée en 62/63 d'une gamme complète produite par"Vap SA" dans sa nouvelle usine d'Hazebrouck.

Ce sera cette nouvelle gamme étiquetée "Captivante" que Jeunet va diffuser dans son réseau, ces modèles étant motorisés "Vap"et "Sachs"(pour le haut de gamme). 

La firme Jeunet continuera jusqu'en 1967 une production de cyclomoteur "Hirondelle" pour honorer son contrat avec la société "Manufrance" de St Etienne, ces "Hirondelles" étaient équipées de moteur Lavalette, leur fabricant "Lavalette/Paloma" avait été absorbé en 1964 par Cazenave un autre associé de la Sevma, "Jeunet Cycles" sera un des derniers clients de ces moteurs Lavalette,  à la fin du contrat "Manufrance" cette fabrication cessera.

En parallèle, ce désengagement de la production des cyclomoteurs Captivante, permettra à l'usine Jeunet de Dole de se consacrer presque exclusivement à la production des bicyclettes.

L'année 1967 sera un passage très dure pour Jeunet et son réseau, avec simultanément la fin du contrat "Manufrance" et la cessation totale d'activité de VapSA qui lui fournissait la gamme de cyclomoteurs que commercialisait son réseau.

Heureusement que de l'autre côté de l'Atlantique, il y avait à ce moment  sur le continent nord américain un "boum" sur le marché de la bicyclette avec un chiffre annuel de 2 millions de cycles vendus (total USA et Canada) , dont 700.000 importés.

Dans ces 700.000 bicyclettes importées annuellement sur le marché nord américain du début des années 70, les firmes françaises en prirent une bonne part, puisqu'elles se classèrent 3ème derrière le 1er/Japon et le 2ème/Grande-Bretagne, mais devant l'Allemagne . Pour les firmes françaises du cycle, ce fut un énorme ballon d'oxygène. 

De sorte qu'en 1973, à l'apparition de cette"affaire"Hercules, la firme André Jeunet ne construisait plus que des bicyclettes dont la plus grande partie était exportée au USA, nous verrons plus loin que cela lui fut fatale.

 Cette petite présentation du passé récent de Jeunet nous permet aussi de comprendre que la proximité de Jeunet avec VAP-SA d'Hazebrouck lui avait permis d'être client de Sachs qui motorisait une partie de la gamme. Ainsi Sachs étant la maison mère d'Hercules le contact fut facile....

.........................

Deuxième Épisode de la Série Hercules / Jeunet lors du Salon suivant (1974) :

Un an s'est écoulé depuis ce salon 1973 où l'on annonçait le nouvel importateur de la firme Hercules, il semble bien que rien ne s'était passé durant cette période...

Dans l'article de MotoRevue (nov.1974) qui suit, il est précisé que plusieurs modèles sont en cours d'homologation....Donc pour cette année 1974, qui se terminait, aucune vente d'aucun modèle Hercules/Sachs n'avait été effectuée.

Voilà donc sur ces photos extraites du MotoRevue de novembre 1974, presque une répétition de la précédente présentation de Jeunet comme importateur Hercules, avec juste plus de détails que précédemment.

Pour le Salon 1973 c'était l'exposition de la gamme Hercules, en Novembre 1974, soit un an plus tard et c'est une officialisation de ce début d'importation avec les modèles Hercules détaillés avec leurs futurs prix de vente.

Il semble bien que ce projet de mariage Jeunet/Hercules se voulait l'imitation de celui de celui de son concurrent et voisin Gottfried avec Zundapp (et voisin, car Mulhouse n'est pas très loin de Dole) .

Mais nous allons voir qu'à la suite de ces fiançailles ce mariage n'a pas eu lieu....

HerculesSalonOct74-1lowDef

Ces photos extraites, de ce MotoRevue n°2195, nous annonçait tout sur la gamme des modèles Hercules qui devaient être diffusés courant 1975. nous avons les types et leurs prix...et une disponibilité "début 1975"...

HerculesSalonOct74-2lowDef

Ci dessus la 125cc modèle 1975, qui vient d'adopter le frein à disque avec une nouvelle dénomination K125S, le modèle précédent était la K125T .

HerculesSalonOct74-3lowDef

Je vous ai extrait la liste des modèles avec les prix prévus:

HerculesSalonOct74-Prix

Comme vous l'apprendra la suite de cet article l'importation "1975" de ces Hercules par Jeunet n'eut pas lieu, ce sera Nauder qui s'en chargera dès 1976, mais de toute façon avec les prix prévus par Jeunet les ventes auraient été très difficiles, on peut même affirmer que ces Hercules auraient été presque invendables. Et ne connaissant pas les tarifs de Nauder en 1976 nous pouvons supposer que l'affaire fut aussi aléatoire pour cet importateur...

Avec pour exemple les prix 1975 de deux modèles Hercules qui techniquement auraient pu être des best-sellers:

3.644FF pour le K50/3 Hercules un cyclomoteur 3 vitesses, alors qu'un cyclomoteur cher comme le Zundapp C50 4vitesses était à 3.294FF, et un cyclomoteur "bon marché" comme le Malaguti S3 vitesses était à 2.050FF.

6.865FF pour le K125/17ch Hercules, alors que le très cher KS125  Zundapp était à 5.895FF, et qu'une 125cc bon marché comme la CB125K5 Honda était à 4.300FF.

...................

Troisième Épisode de la Série Hercules / Jeunet,

début 1975  Gottfried l'importateur français de Zundapp achète son concurrent Jeunet  !!!

Gottfried et Jeunet étaient en concurrence sur le marché de la "bicyclette", mais avec cette association conclue fin 1973 entre "Jeunet et Hercules", ils allaient être aussi en concurrence sur le secteur du cyclomoteur sportif de "Luxe" allemand. 

Cette importation Hercules/Sachs par Jeunet avait été particulièrement lente à démarrer, à tel point que, comme nous venons de le décrire, un an plus tard, pour ce Salon de Paris d'octobre 1974, elle n'avait toujours pas démarrer. 

MotoRevue annonçait, dans ce n° de novembre 1974, qu'Hercules fera enfin sa "véritable entrée" sur le marché français en 1975 (voir les photos précédentes).

Jeunet SA en contrepartie de l'article bienveillant de MotoRevue présentant la gamme Hercules, se paya dans ce même n° de MotoRevue une publicité (ci-dessous).

Le moins que l'on puisse dire c'est que cette publicité est particulièrement ratée, on n'imagine mal des jeunes gens de 14 à 18 ans avoir envie d'acheter un 50 ou 125cc Hercules, suite à la lecture d'une telle publicité.

PubJeunetSalonOct74LowDef

YA! Z'est Zolide, un slogan qui n'a pas du couter cher!?!?

Les publicités Zundapp "made in germany" étaient tout de même mieux ciblées.

voir les publicités Zundapp de 68 à 83.

Sur ce salon de Paris d'octobre 1974, Gottfried et Jeunet se mesuraient sur le marché du cycle et s'apprettaient à ce confronter sur le marché français du cyclomoteur "made in germany".

Mais une stratégie plus prudente des frères Gottfried sur le marché du cycle va leur permettre de réaliser une opération spectaculaire......Il faut dire qu'à ce moment Gottfried est principalement sur trois marchés du cycle: la France, la Suisse et l'Allemagne pendant que  le principal marché export de Jeunet est l'Amérique.......avec de très gros volume.....

C'est ainsi que l'importateur américain des Cycles Jeunet, va provoquer la faillite du fabricant dolois en n'honnorant pas ses énormes factures vis à vis de Jeunet......   

Pour Jeunet en ce début 1975 c'est la faillite du rêve américain.....

C'est ainsi que pour la reprise de ce Jeunet en faillite ce sera Gottfried le seul candidat sérieux....

Et quelques mois plus tard au cours de l'année 1975, c'est le nom de "Gottfried" qui ornera le fronton de l'usine doloise d'André JEUNET!

Ainsi Gottfried, l'importateur français des 50cc et 125cc Zundapp mettait fin au contrat Jeunet/Hercules, et l'usine André Jeunet de Dole fut transformée en une usine Gottfried, et fut ainsi un important complément à l'usine Gottfried de Mulhouse. Ceci permit alors à Gottfried & Cie d'être un des plus gros fabricants de cycles du moment.

A Dole, la firme Gottfried trouva dans les hangars de Jeunet 200 cyclomoteurs Hercules en attente d'homologation et cinq W2000 , les fameux Wankel invendables d'Hercules. Tout ce stock fut revendu à un grossiste parisien "William Dumont".

DumontEnTete

Le réseau des revendeurs "Jeunet" après avoir été contacté pour la vente des "Hercules" eu la surprise de se voir proposer des Zundapp...

Avec ses deux usines de "Mulhouse" et de "Dole" la société Gottfried produira jusqu'en 1984, cela ira jusqu'à fabriquer 200.000 bicyclettes par an, bicyclettes de tous types du course au BMX/bicross....

Mais la demande "cycles" est devenue de plus en plus exigeante, ainsi la clientèle de ces années après avoir exigé du Campagnolo ne veut plus que du Shimano.

Ainsi pour équiper à meilleur compte ses bicyclettes en Shimano, la firme Gottfried devient importateur pour le France de shimano et fera une importante partie de son chiffre "Shimano"avec le seul dérailleur "Positron".

 

ShimanoPositronGottfried

Un course "Gottfried" équipé du Positron Shimano importé par Gottfried.

Revoir "Gottfried" dans notre article: "Les importateurs français de Zundapp"

....................

Évidemment Gottried fit stopper l'implication de sa nouvelle usine doloise Ex-Jeunet dans le processus d'homologation et autres actions préliminaires, destinés à l'importation des "Hercules", en plus de la cession du stock "hercules"à William Dumont........

Du côté d'Hercules, après deux ans perdus, on cherche un peu en catastrophe une solution de remplacement, et c'est Sachs, la maison mère d'Hercules, qui propose son importateur la société Nauder.

Suite à ce très mauvais coup ( mais involontaire) des frères Gottfried, vis à vis d'Hercules/Sachs, il fallut encore quelques mois pour que l'on voit, avec Nauder, un retour d'Hercules sur le marché français.

Après la première présentation de la gamme Hercules sur le stand Jeunet au Salon de Paris 1973, les premières Hercules ne furent enfin commercialisées par Nauder qu'en 1976!!!Sachant que l'interdiction des cyclomoteurs à boite de vitesse, allait intervenir fin 1979......

........................

Pour le cyclomoteur "Sport" type K50/3 annoncé en 1975 par MotoRevue, nous n'avons pas de photo, mais on peut l'imaginer proche des mockicks allemands (limité à 40km/h) les MK3 ou MK4 (3 ou 4 vitesses), qui étaient d'une allure très proche du K50 Sprint (ci-dessous) un kleinkraftrad non limité.  

HerculesK50

............................ 

La 2éme tentative d'importation en France d'Hercules 1976/1980

 

J'ai pu rajouter ce dernier chapitre grâce à l'intervention de Jean-Marc, un de nos lecteurs qui  m'a très utilement renseigné, documents à l'appui, sur la reprise en 1976 de l'importation Hercules par la société Nauder, société dirigée par Roger Raynaud, qui était importatrice de très longue date des produits Sachs en France. 

La totalité des documents de ce dernier chapitre m'a été fournie par Jean-Marc

Il faut préciser le principal succès commercial de cette importation, via Nauder, se rencontrera avec les très belle Hercules "tout terrain" produites de 1976 à 1980. 

Dans cette série existaient chez Hercules les GS 125, 175, 250 et 350 ainsi que la MC250, je pense que l'importation a surtout concerné les GS125 et 250.

On peut compléter la remarque en signalant qu'en 1981 après que la firme Hercules eu cessé la production des modèles "TT",  Roger Raunaud dirigeant de la société Nauder décida de produire, dans son usine d'Hazebrouck, deux modèles équipés des moteurs Sachs 125 et 250cc sous la marque "SN", qui devait signifier Sachs Nauder. Ces SN GS 125 et 250 "made in France" furent produits jusqu'en 1985.

Pour être complet on peut signaler que suite la disparition de la société Vap SA en 1967 cette société Nauder s'était implantée à Hazebrouck en reprenant l'ancienne usine de Vap SA (réunion en septembre 1959 d'ABG/Vap et de Lucer).  

Le directeur de cette entité d'Hazebrouck étant Georges Degroote, qui avait été successivement patron de Lucer, puis directeur de VapSA avant d'être celui de Nauder Service(voir notre page Lucer où nous avions déjà évoqué cet épisode).

....................................

Nous voilà donc, avec la publicité ci-dessous, en février 1976 dans les pages de MotoRevue et une gamme Hercules très complète présentée par Nauder presque 3 ans après le salon de Paris 1973 où elle fut exposée pour la première fois en France.

Une société comme Nauder ne présentait pas les avantages qu'avaient des sociétés comme Gottfried et Jeunet , car celles ci disposaient chacune d'un réseau de détaillants qui diffusaient leurs gammes de cycles, ce qui n'était pas le cas de Nauder, encore que Georges Degroote le patron de l'usine Nauder d'Hazebrouck pouvait avoir facilement accès à l'ancien réseau des revendeurs de "Vap SA". 

 

Hercules-Nauder-02-76

La gamme est presque similaire à celle du MotoRevue de 1975, le 50cc  type K50/3 est devenu le MK2 sur lequel on devine une adaptation pour les pédales comme sur certain 50 japonais.

Si la société Nauder avait toujours les tarifs exorbitants présentés en 1975, elle devait chercher un créneau sur le marché français, c'est ainsi qu'elle revient à la charge en Juin 1976, là elle mise sur la très puissante K125 S....19ch!

A signaler que lors de sa précédente présentation la K125S avait (comme en Allemagne) une puissance de 17ch, mais comme on ne précise sur cette publicité le type de chevaux, cela est possible car 17ch DIN (allemand) valaient bien 19ch SAE (standard utilisé aussi par les japonais!!).

Hercules-Nauder-06-76

 

Et pour conclure voilà Nauder sur le créneau où Hercules va enfin pouvoir marquer des points en France, ce sera, comme nous vous l'indiquions, avec les machines "Tout terrain". Secteur où le prix de vente est secondaire, le premier critère de réussite sur ce marché étant la performance...

Voici donc les 125cc "TT" 6 et 7 vitesses de l'été 1976, 21ch/6vitesses et 24ch/7vitesses! (DIN ou SAE?)

NauderHercules

 

Et les deux 125 Hercules de Jean-Marc notre spécialiste Hercules, des modèles 1976 importés par Nauder.

MesHercules

 

Pour trouver des pièces Hercules/Sachs, il semble qu'il n'y ai pas beaucoup de fournisseurs.

En voici un et j'en rajouterai d'autres à la suite dès que l'on m'en signalera:

mopedparts.de 

Voici un deuxième site, il est en Suède, mais son choix de pièces Sachs est important.

http://www.rnmotor.eu/1.html

 

Additif du 11 novembre 2012

 

Suite aux commentaires de David, nous avons vu sur son site un cyclomoteur Hercules de 1977, le MK2 dans une version à pédales importé en France par Nauder, voici deux photos de ce MK2 provenant du site titimoto.

 

Hercules-50MK2-77-1

Hercules-50MK2-77-2

 

 Ce MK2 1977 n'est plus dans son état d'origine, mais avec ce qu'il en reste on peut se faire une idée de ce qu'il était.

C'était un 4 vitesses au pied, avec les pédales extérieures au bloc moteur et un frein à disque avant. On se rend bien compte que ce modèle avait été conçu pour faire face à la concurrence Zundapp et Kreidler.

David nous a transmis des photos qui nous précisent bien le système de pédales adapté sur ce Sachs.

Hercules-50MK2-77-pedales

Comme pour les Zundapp c'est un système qui semble s'adapter sur des blocs moteurs sans pédales.

Ci dessous le système avec la pédale en place.

Hercules-50MK2-77-pedales2

Et un autre Mk2 "Nauder" identique à celui de David.

Hercules-50MK2-Rouge

Depuis la parution de la photo de ce MK2 rouge, Louis son propriétaire nous a contacté et signalé qu'il en était très satisfait et qu'il venait de parcourir 450km à son guidon durant cet été 2012. Louis a aussi en projet sa restauration complète.

Bonne et longue route à lui de la part du ZSEFT.

 

 Voir aussi notre article-> "les exploits des moteurs Sachs et le scandale Vap ".

Revoir "Gottfried" dans notre article: "Les importateurs français de Zunapp"